🎙 La matinale de France Inter Previous item 🗞 La Montagne : "Être... Next item Nos territoires, dialoguer...

🎙 La matinale de France Inter

 

J’Ă©tais ce matin l’invitĂ© d’Éric Delvaux et de Patricia Martin.
Au fil de l’interview, nous avons abordĂ© les questions d’actualitĂ© nationale et europĂ©ennes : affaire Benalla, rĂ´le et position du Groupe MoDem dans l’hĂ©micycle, cote de popularitĂ© du PrĂ©sident Macron, Ă©lections europĂ©ennes et rĂ©formes Ă  venir.

➡️ Affaire Benalla 
đź’¬ Les commissions d’enquĂŞte ne sont pas des tribunaux d’exception Rappelons le principe de sĂ©paration des pouvoirs. Le rĂ´le des parlementaires est comprendre ce qui a dysfonctionnĂ© au niveau de l’État, celui de la police, d’enquĂŞter sur des faits, celui de la justice, de juger. 

➡️ Le MoDem dans la majorité 
đź’¬ Je ne pense pas qu’il faille traduire les rĂ©sultats du perchoir comme une “dĂ©ception du macronisme”. Ce vote a dĂ©montrer la capacitĂ© du Groupe MoDem Ă  discuter, Ă  Ă©couter et Ă  travailler avec l’ensemble des parlementaires, majoritĂ© comme opposition.
đź’¬ Gardons Ă  l’esprit que gouverner c’est aussi prendre des dĂ©cisions peu populaires. Pour moi, si la cote du PrĂ©sident de la RĂ©publique diminue, c’est parce que nous n’avons pas donnĂ© assez de sens aux rĂ©formes que nous avons menĂ©es pour expliquer le projet de sociĂ©tĂ© que nous portons.

➡️ L’Europe
đź’¬ Nous avons construit l’Europe avec un projet commun de paix et il est nĂ©cessaire de retrouver notre identitĂ© europĂ©enne. Nous devons porter un espoir, un projet et non ĂŞtre en rĂ©action face Ă  un projet d’extrĂŞme droite ou d’extrĂŞme gauche. Nous devons rappeler pourquoi nous avons construit l’Europe, et apporter des rĂ©ponses communes aux questions Ă©conomiques ou migratoires. Aujourd’hui nous sommes entourĂ©s de mastodontes (Russie, USA, Chine) qui ne nous feront pas de cadeaux. Notre force est notre union

➡️ Le glyphosate 
💬 le vote de cet amendement Ă  4h du matin remet en question l’organisation du travail parlementaire. 
Je suis contre l’inscription de l’interdiction dans la loi, mais pour une sortie sous 3 ans, ce qui n’est pas incompatible.
Rappelons que, sur le plan européen, la sortie était prévue sous 15 ans, nous avons réussi à la réduire à 5 ans. 
Il n’est pas question de mettre nos agriculteurs en situation de concurrence dĂ©loyale avec leurs confrères europĂ©ens. 

🔄 RĂ©Ă©couter l’interview

 

Ajouter votre commentaire